BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - TM Emerging markets 1440x300

La dette émergente

Dans bon nombre d’économies émergentes, les éléments structurels traditionnellement surveillés par les investisseurs se sont améliorés. Par ailleurs, les politiques monétaires à l’œuvre dans les pays émergents et la prudence de la Fed dans la normalisation de sa politique monétaire, qui devrait éviter de trop fortes tensions sur les taux longs américains, sont de nature à soutenir les obligations émergentes. Les taux réels sur la dette locale sont attractifs.

Informations clés :

  • La mise en place d’une croissance mondiale synchronisée en 2017, amenée à se prolonger en 2018, soutient l’activité dans les zones émergentes.
  • L’accélération du commerce international est de nature à stimuler l’investissement dans les pays émergents, en particulier en Asie et en Europe émergente, qui profite des solides performances économiques de la zone euro.
  • Les fondamentaux des économies émergentes paraissent plus solides que par le passé.
  • Les incertitudes politiques semblent largement ignorées par les investisseurs.
  • Notre approche spécifique de la gestion de la dette émergente inclut des critères ESG.

Peu d’inquiétudes liées à la politique économique américaine

Historiquement, un resserrement de la politique monétaire aux Etats-Unis a été défavorable pour les actifs émergents, en particulier, les obligations. Plusieurs mécanismes entrent en ligne de compte mais le canal le plus direct est celui des flux financiers : l’assurance d’une rémunération plus élevée sur les titres du Trésor américain éloigne les investisseurs de la dette émergente, provoquant une baisse des devises.

La prudence dont fait preuve la Fed dans la normalisation de sa politique monétaire (trois hausses des taux en 2017, portant le total à cinq en deux ans) a permis aux taux longs américains de ne pas sur-réagir, conservant des niveaux en ligne avec les fondamentaux alors que la croissance est solide et l’inflation modérée. Parallèlement, en 2017, le dollar s’est déprécié de 6,4 % face à un panier de devises pondéré des échanges commerciaux et a continué à baisser début 2018.

Les économies émergentes se portent mieux

Au-delà des facteurs conjoncturels comme le redressement du commerce international et de la production industrielle au second semestre 2017, les fondamentaux traditionnellement pris en compte pour juger de la santé des économies émergentes (situation des balances commerciales, niveau des réserves de change) se sont améliorés ces dernières années. Il en résulte une moindre vulnérabilité à des chocs financiers, en particulier pour les devises.

Par ailleurs, une inflation mondiale basse, l’appréciation passée de bon nombre de devises et les politiques monétaires menées dans les pays émergents ont entrainé un net ralentissement de l’inflation (de 5,8 % en 2012 à 4,2 % en 2017 pour les économies émergentes selon le FMI) qui a permis aux banques centrales d’abaisser leurs taux directeurs comme au Brésil (où le taux directeur s’inscrit à un plus bas historique de 7 % depuis décembre) ou en Inde (où, depuis août, le taux directeur est à 6 %, un plus bas de près de 7 ans, et où un long statu quo est envisageable).

Il n’est pas surprenant dans ce contexte économique plus vertueux (et même si certains risques spécifiques demeurent) que les investisseurs n’aient pas sanctionné durablement les soudaines montées de l’incertitude politique qui ont émaillé 2017 (Venezuela, Afrique du Sud, Brésil).

Notre approche spécifique

L’analyse macroéconomique de l’économie mondiale et l’observation des critères habituellement retenus pour le suivi des pays émergents nous amènent à conclure que les importants flux qui se sont investis sur les actifs émergents ne devraient pas en sortir brutalement. Dans ce contexte, une exposition à la dette émergente peut être envisagée dans un souci de diversification et de recherche du rendement pour une allocation d’actifs.

Au-delà de ces éléments, notre gestion présente la particularité d’incorporer des critères ESG qui nous permettent d’appréhender la réalité, de plus en plus complexe, des pays au-delà des variations conjoncturelles et des considérations purement financières, sans mettre pour autant en œuvre une politique d’exclusion systématique.

Les fonds BNP Paribas Emerging Bond et BNP Paribas Emerging Bond Opportunities sont des compartiments de la SICAV BNP Paribas Funds de droit luxembourgeois conforme à la directive Européenne 2009/65/CE. Les  performances passées ne préjugent pas des performances à venir. L’investissement sur les marchés émergents, est susceptible d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, de la moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux modifications des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Le Fond Parvest Bond World Emerging devient BNP Paribas Emerging Bond à compter du 30/08/2019. Le Fond Parvest Bond Best Selection World Emerging devient BNP Paribas Emerging Bond Opportunities à compter du 30/08/2019.
Partagez cette page